Archives par mot-clé : Foi

91. Thomas

Personnage épisodique, Thomas manifeste un attachement fort au maître, même si cela s’accompagne d’incompréhension, d’ignorance et même de résistance. Il est prêt à mourir avec Jésus (Jn 11, 16), mais plus tard ne sait pas où il va : « Seigneur nous ne savons pas où tu vas, comment pourrions-nous connaître le chemin ? » (Jn 14, 5) ; et enfin il refuse de donner crédit au témoi­gnage de ses compagnons (Jn 20, 25) …

Thomas, c’est tout cela, c’est aussi chacun d’entre nous, comme son nom le suggère. Car le nom « Thomas » ressemble plus à un surnom qu’à un nom. Il signifie en araméen « jumeau », ce qui en grec se traduit par « Didyme ».

Thomas est l’un des disciples de Jésus, mais sa présentation johannique en fait un personnage qui permet de mieux comprendre le passage du « voir » au « croire » : « Thomas – comme figure de la foi au Christ – est dans le Nouveau Testament une construction originale de Jean. »

TABLE DES MATIÈRES

I. THOMAS DANS LES ÉVANGILES
Sa mention dans la liste des Douze
Allons, nous aussi, mourir avec lui ! — Jn 11, 16
Comment pourrions-nous savoir le chemin ? — Jn 14, 5
D’un refus à un acte de foi — Jn 20, 25. 28
Une dernière mention de Thomas — Jn 21, 2

II. THOMAS DEVANT LE RESSUSCITÉ
Le récit de Jean 20, 24-29

  1. Un refus : non, je ne croirai pas !
    Thomas, Didyme, le Jumeau
    Il n’était pas avec eux quand Jésus était venu
    L’un des Douze
    Ils lui disaient : Nous avons vu le Seigneur — v. 25
    Croire sans signes visuels
    Non je ne croirai pas ! L’influence les Sadducéens ? — v. 25
  2. Un acte de foi : mon Seigneur et mon Dieu !
    Huit jours plus tard — v. 26
    Thomas et les apôtres ont-ils touché le corps du Ressuscité ?
    Cesse d’être incrédule, sois croyant — v. 27
    Mon Seigneur et mon Dieu
    Thomas, Marie-Madeleine, Nathanaël
    L’homme peut seulement reconnaître Dieu si Dieu le reconnaît
    Le corps du Ressuscité, un mystère pour Thomas et pour tous
    Parce que tu m’as vu, tu crois ­— v. 29
    Heureux ceux qui croient sans avoir vu — v. 30

CONCLUSION

ANNEXES
Les sadducéens
Les invitations à croire dans le récit de Luc 24, 36-49
Thomas et son incrédulité par le Caravage
Thomas et le christianisme en Asie
Thomas et ses Jumeaux, ressources pastorales

Cliquer sur l’image pour télécharger l’étude en format .pdf

Si vous utilisez un smartphone ou une tablette :  format e-pub

Accès à la présentation de la Petite École Biblique

43. Le Pain de Vie

LE PAIN DE VIE

Jean 6

Deux signes qui parlent de Vie

Recevoir le Pain de Dieu

Prendre position sur les paroles de Jésus

Communier pour ressusciter

Cliquer sur l’image pour télécharger l’étude en format .pdf

Si vous utilisez une tablette :  formats e-pub et kindle

Accès à la présentation de la Petite École Biblique

21. Angoisses et peurs

Jésus a-t-il éprouvé la peur ? A-t-il provoqué la peur chez ceux qui l’abordaient ? Quelle a été sa réaction en face de ses disciples saisis par la peur ?

Dans le N. T., en particulier dans les Évangiles, plusieurs termes s’y rencontrent pour désigner la peur ou des sentiments qui, avec certaines nuances, lui sont apparentés. Les traductions françaises s’efforcent de rendre compte de ces nuances, en recourant à des mots différents : peur, crainte, stupeur, appréhension, anxiété, angoisse, effroi, terreur, voire « crainte de Dieu »

Notre cheminement nos permettra de regarder Jésus. Il a connu l’angoisse. Mais il n’a pas peur. En revanche, il semble bien qu’il ait fait peur à ses contemporains. Tout au long des trois années de compagnonnage avec ses disciples, il a dû exorciser leurs peurs, qui sont aussi les nôtres. C’est donc en écoutant ce qu’il leur dit que nous pouvons déceler nos propres peurs, et les dépasser en mettant en oeuvre notre foi…

TABLE DES MATIÈRES

I. JÉSUS A CONNU L’ANGOISSE
Jésus a été éprouvé en tout — He 4, 15
À Gethsémani, effroi, angoisse, tristesse — Mc 14, 32-42
Mon âme est troublée — Jn 12, 20-33
Une violente clameur, un grand cri — He 5, 5-10
Il frémit en son esprit et se troubla — Jn 11, 31-44
Devant Judas, Jésus est troublé intérieurement — Jn 13, 18-30
Devant la Passion, l’oppression — Lc 12, 49-53

II. MAIS JÉSUS N’A PAS PEUR
Quand il s’oppose aux Pharisiens — Mt 23, 13-33 et Jn 7-8
Quand il brave des idées reçues — Mc 2, 1 – 3, 6
À l’exemple du prophète Jérémie — Jr 7 et 23
Quand il perçoit la fin toute proche — Jn 11, 6-17
Rien ne fait trembler Jésus — Is 6, 1-8
L’intimité de Jésus avec le Père — Jn 10, 27-30 et 14, 9-11

III. JÉSUS PEUT FAIRE PEUR
La stupeur devant son enseignement — Mt 7, 29 ; Mc 1, 22 ; Lc 4, 32
La crainte devant les guérisons et délivrances — Mt 9, 8 ; Mc 1, 23-27
La grande peur devant le mystère de Jésus — Lc 8, 26-39
L’étonnement de ses compatriotes de Nazareth — Mc 6, 1-6
La grande crainte devant la puissance surnaturelle — Mc 4, 35-41
La frayeur sacrée de Pierre — Lc 5, 1-11
Les cris d’effroi sur le lac devant la majesté — Mt 14, 22-27
La peur sur la montagne devant le Transfiguré — Mt 17, 1-9
La frayeur des soldats devant sa mort — Mt 27, 50-54
L’effroi mortel des soldats devant l’ange — Mt 28, 1-4
La peur des femmes devant la résurrection — Mt 28, 5-8

IV. JÉSUS ET LES PEURS DE SES DISCIPLES
Manquer du nécessaire — Mt 6, 24-34
Être traduits devant les tribunaux — Mt 10, 16-33
Les épreuves des derniers temps — Lc 21, 7-19
L’arrestation de Jésus — Mt 26, 47-57
Le reniement de Pierre — Mt 26, 69-75
Les démarches cachées — Jn 19, 38-42
Les lieux verrouillés — Jn 20, 19-23
J’ai eu peur — Mt 25, 24-28 et Lc 19, 20-26

V. METTRE EN OEUVRE LA FOI
Le remède de la foi
L’activisme ou le tiraillement dans l’action — Lc 10, 38-42
La peur ôte la joie — Lc 10, 38-42 (2)
Une seule consigne — Mt 17, 7 ; Jn 6, 20


Cliquer sur l’image pour télécharger l’étude en format.pdf

Si vous utilisez un smartphone ou une tablette :  format e-pub

Accès à la présentation de la Petite École Biblique