Archives de catégorie : Non classés

Hommage au P. Daniel Sesboüé

Cher Daniel

Pardonne-moi d’avoir tardé à me joindre à tous ceux, nombreux, qui te rendent un dernier adieu. Mais à 97 ans1, quelques jours importent peu !

Hélas, en ces temps de confinement, que d’autres, comme Marie Balmary, nomment « fléau »2, nous n’avons pu nous retrouver le jour de ta sépulture, pour un dernier hommage. Pas même ton frère Bernard, que nous connaissons bien dans le diocèse, affaibli dans sa santé.

Nombreux sont ceux, et ils en témoignent3, que tu as marqués par ta gentillesse, tes attentions, ton accueil ; la liste de tous ces mots pourrait s’allonger bien facilement. Je voudrais y ajouter ces quelques lignes.

Envoyé par l’évêque du Mans faire des études en théologie à la Faculté de Strasbourg, j’ai en l’occasion de faire une spécialisation en exégèse. En ces temps troublés des années 66-72, l’exégèse historico-critique, et la démythologisation de Bultmann régnaient en maître dans les cursus universitaires bibliques…

LIRE LA SUITE

Jésus-Christ, cet inconnu

Il est né dans une crèche et mort sur une croix, il y a deux millénaires. La naissance de ce Juif galiléen a bouleversé l’histoire. Qui fut Jésus de Nazareth ? Agitateur politique, chef religieux, « vrai homme et vrai Dieu » ? En partenariat avec l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem, Le Figaro Hors-Série a réuni biblistes, archéologues, historiens et théologiens pour passer le cas Jésus au crible de l’histoire. Retrouvez les grandes étapes de sa mission, le décryptage des sept erreurs les plus communes sur Jésus, l’analyse de son procès, de la révolution religieuse dont il fut l’instigateur, les portraits de Marie, Jean-Baptiste, Marie Madeleine et Ponce Pilate…

Somptueusement illustré par Giotto, Bosch, les maîtres verriers de Chartres, les sculpteurs romans et gothiques, Ghirlandaio, Titien, Tintoret, Tiepolo, ce numéro double est une enquête passionnante sur le visage le plus célèbre de l’art occidental.

Un numéro Hors Série à posséder chez soi, à lire et à travailler.

La Bible est-elle écrite par Dieu ?

Pourquoi le célébrant, après avoir lu l’Évangile conclut par « Parole du Seigneur » ? Est-ce parce que la Bible a été écrite par Dieu ? Est-ce qu’elle se dit, comme le Coran, dictée aux hommes ? Et quel statut a le texte sacré des chrétiens ? Trois invités vont répondre aux questions de Régis Burnet : le père Eric Morin, théologien, prêtre de Paris, Gilles Boucomont, pasteur de l’Eglise Protestante Unie de France, et le père Jacques Trublet, jésuite et bibliste.

Le pape François institue le dimanche de la Parole de Dieu

Lettre apostolique Aperuit illis

1. « Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures » (Lc 24, 45). Voilà l’un des derniers gestes accomplis par le Seigneur ressuscité, avant son Ascension. Il apparaît aux disciples alors qu’ils sont rassemblés dans un même lieu, il rompt avec eux le pain et ouvre leur esprit à l’intelligence des Saintes Écritures. À ces hommes effrayés et déçus, il révèle le sens du mystère pascal : c’est-à-dire que, selon le projet éternel du Père, Jésus devait souffrir et ressusciter des morts pour offrir la conversion et le pardon des péchés (cf. Lc 24, 26.46-47) et promet l’Esprit Saint qui leur donnera la force d’être témoins de ce Mystère de salut (cf. Lc 24, 49).

La relation entre le Ressuscité, la communauté des croyants et l’Écriture Sainte est extrêmement vitale pour notre identité. Si le Seigneur ne nous y introduit pas, il est impossible de comprendre en profondeur l’Écriture Sainte. Pourtant le contraire est tout aussi vrai : sans l’Écriture Sainte, les événements de la mission de Jésus et de son Église dans le monde restent indéchiffrables. De manière juste, Saint Jérôme pouvait écrire : « Ignorer les Écritures c’est ignorer le Christ » (In Is., prologue : PL 24, 17)

2. En conclusion du Jubilé extraordinaire de la Miséricorde, j’avais demandé que l’on pense à « un dimanche entièrement consacré à la Parole de Dieu, pour comprendre l’inépuisable richesse qui provient de ce dialogue constant de Dieu avec son peuple » (Misericordia et misera, n. 7). Consacrer de façon particulière un dimanche de l’Année liturgique à la Parole de Dieu permet, pardessus tout, de faire revivre à l’Église le geste du Ressuscité qui ouvre également pour nous le trésor de sa Parole afin que nous puissions être dans le monde des annonciateurs de cette richesse inépuisable. À cet égard, les enseignements de Saint Éphrem me viennent à l’esprit : « Qui donc est capable de comprendre toute la richesse d’une seule de tes paroles, Seigneur ? Ce que nous en comprenons est bien moindre que ce que nous en laissons, comme des gens assoiffés qui boivent à une source. Les perspectives de ta parole sont nombreuses, comme sont nombreuses les orientations de ceux qui l’étudient. Le Seigneur a coloré sa parole de multiples beautés, pour que chacun de ceux qui la scrutent puisse contempler ce qu’il aime. Et dans sa parole il a caché tous les trésors, pour que chacun de nous trouve une richesse dans ce qu’il médite » (Commentaires sur le Diatessaron, 1, 18).

Continuer la lecture de Le pape François institue le dimanche de la Parole de Dieu